Total recall

Total recall2048. Doug Quaid est hanté chaque nuit par un rêve qui l’entraîne sur Mars à la rencontre de la belle Melina. Inquiète, son épouse, Lori, essaie de dissiper ce fantasme. Mais Quaid continue de rêver à la planète rouge. Un jour, un laboratoire lui offre de vivre deux jours «artificiels » sur Mars grâce à un puissant hallucinogène.
Mais tout dérape, la drogue réveille en Quaid le souvenir d’un séjour, bien réel, sur cette planète, à l’époque où il était l’âme damnée de son dictateur. Adapté d’une nouvelle de Philip K. Dick (et très fidèle à l’esprit de cet écrivain). «Total recall » est une réussite complète. Un scénario diaboliquement intelligent (qui traite, ni plus ni moins, de la réalité et du fantasme), une réalisation inspirée et d’une efficacité à toute épreuve (signée par l’homme qui nous a donné « Robocop » et «La chair et le sang »), une interprétation « musclée» (dans le bon sens du terme), voilà un cocktail explosif qui ravit autant les sens que l’intellect. Réflexion sur l’être et le néant (eh oui !), parabole politique, trip hallucinatoire, polar SF mené à 200 à l’heure, «Total recall» est un pur régal, du début à la fin. Faites le voyage sur Mars. Vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire